Tutoriels de photographie

______________________________________________________________________

            Page de présentation 

  Accueil  –  Ateliers  –  Tutoriels  –  Téléchargements  –  Contact

______________________________________________________________________

Sur ces pages, qui sont sécurisées et protégées par un mot de passe, vous trouverez les comptes rendus ainsi que des tutoriels des cours que vous avez réalisés avec votre club photo.

Pour aller sur les pages, renseigner le nom de votre club photo et le mot de passe qui vous a été fourni par celui-ci, puis cliquer sur “Je ne suis pas un robot” et “Envoyer”

 

Vous êtes dirigeant d’un club photo et vous souhaitez que vos adhérents puissent retrouver les exercices que vous avez effectués lors de vos réunions? Vous pouvez inscrire votre club sur cette page.

Pour en savoir plus me ( contacter ) sur le site ou par mail ( tuto.photo.jlr@gmail.com )

Les Bases de la Photographie

______________________________________________________________________

            Page de présentation 

  Accueil  –  Ateliers  –  Tutoriels  –  Téléchargements  –  Contact

______________________________________________________________________

Cliquer sur les icônes des tutoriels pour y accéder

 

La lumière en photographie : De la source en passant par  le calcul de la luminosité, les caractéristiques, les réglages, les flashs intégrés, les flashs de studio, les incandescents et le matériel.

En savoir plus en cliquant sur le fichier PDF.

 

La lumière en photographie : De la source en passant par  le calcul de la luminosité, les caractéristiques, les réglages, les flashs intégrés, les flashs de studio, les incandescents et le matériel.

En savoir plus en cliquant sur le fichier PDF.

 

La lumière en photographie – 01 La lumière

 

La lumière en photographie

  • 01 La lumière (introduction)

La capture numérique apporte une exactitude sans précédent dans la mesure de la lumière. Par exemple, les appareils les plus avancés affichent un histogramme de n’importe quelle image (concrètement, un graphique montrant la distribution des diverses tonalités, du plus
sombre au plus clair, d’une image). Une fois l’image transférée du boîtier numérique à l’ordinateur, ce type d’analyse, ainsi que d’autres, peuvent êtres effectués. Il ne s’agit pas d’exercices académiques, mais de moyens pratiques de capturer et de montrer le maximum d’informations visuelles en utilisant au mieux la lumière et la couleur.

Le processus numérique débute dans chaque cellule photo miniature du capteur de l’appareil La cellule enregistre une charge électrique proportionnelle à l’intensité de la lumière qui la frappe. Le motif de ces millions d’unités forme alors l’image. Pour en assurer une lecture correcte, l’appareil et l’objectif doivent contrôler la quantité de lumière, l’équilibre des couleurs et (en cas de flash) la synchronisation. La quantité, en pratique, s’applique à l’exposition: le capteur a besoin
d’une certaine quantité de lumière pour créer une image lisible. Une certaine flexibilité du format numérique permet d’ajuster la sensibilité à une faible luminosité, malgré une perte de qualité L’époque où il fallait choisir entre plusieurs types films est révolue: leur gamme entière est maintenant contenue dans le capteur Les deux autres variables qui entrent en ligne de
compte dans la quantité de lumière reçue sont la vitesse d’obturation et l’ouverture, chacune régulant la quantité de lumière. Elles ont d’autres fonctions, et dans de nombreuses prises de vue, vous pouvez choisir celle qui a la priorité: une vitesse d’obturation élevée gèle le mouvement, une ouverture plus petite offre une meilleure profondeur de champ Aujourd’hui, sauf si vous décidez de faire sans, la plupart des appareils offrent un réglage automatique de l’obturation et de
l’ouverture garantissant en principe une exposition acceptable.

La lumière, elle aussi, a des couleurs, plus que l’œil humain ne peut généralement en percevoir On s’adapte si bien à la couleur de la lumière, que ce soit le blanc du soleil de midi, le bleu de l’ombre, l’orange des lampes incandescentes ou le verdâtre des tubes fluorescents, que tout nous semble normal. L’appareil reste plus fidèle à la source originale et fait moins de compromis, ce qui
se traduisait, du temps du film, par l’apparition indésirable de fortes dominantes de couleurs. La capture numérique résout cela de deux façons: la possibilité de voir immédiatement le résultat et les réglages offerts par l’appareil.

Les appareils numériques modernes prennent en charge la plupart de ces aspects techniques, ce qui est une bonne chose, ainsi que les décisions les plus
importantes concernant la qualité de la lumière. Il convient donc de savoir quel type de lumière fonctionne le mieux pour tel sujet et telle scène, comment utiliser au mieux les conditions de lumière quand on ne peut les modifier et être sensible à la variété d’ambiances créée par les différents types d’éclairages.

Retour tableau                                                                                            Vous inscrire

La lumière en photographie – 08 La lumière naturelle

 

La lumière en photographie

  • 08  La lumière naturelle

La seule source de lumière naturelle est le soleil. Même la lune n’est qu’un réflecteur de la lumière solaire, tout comme le ciel. Pourtant, les effets de la lumière sont d’une incroyable diversité. Il existe tant de modifications possibles de la lumière solaire que la gamme des conditions d’éclairage est infinie. La direction de la lumière solaire est la première variable. Le soleil se déplace dans le ciel, atteignant diverses hauteurs selon l’heure, la saison et la latitude, ajoutez à cela l’angle de l’appareil face ou dos au soleil, ou la lumière frappant d’un côté, et il en résulte une variété immense d’angles possibles entre le soleil, l’appareil et le sujet.

Avant d’éclairer une scène, la lumière du soleil doit d’abord pénétrer l’atmosphère, ce qui l’adoucit légèrement et ce, plus encore en cas d’importante profondeur d’atmosphère, par exemple lorsque le soleil est bas. De plus, sa dispersion sélective nous fait voir le ciel en bleu et la lumière solaire peut revêtir n’importe quelle couleur entre le blanc et le rouge. En outre, les conditions météorologiques filtrent et reflètent la lumière encore plus fortement Les nuages peuvent revêtir une variété infinie de formes, tandis que le brouillard, les différentes brumes, la poussière, la pluie, la neige et la pollution ont leurs propres effets filtrants. Enfin, l’environnement lui-même altère l’éclairage dans sa façon de bloquer certaines parties de la lumière et d’en refléter d’autres.

 

Retour tableau

 

La lumière en photographie – 07 Les règles de base de l’exposition

 

La lumière en photographie

  • 07  Les règles de base de l’exposition

La plupart du temps, le système d’exposition automatique de l’appareil fournit d’excellents résultats, mais le secret d’une exposition parfaite est de prédéterminer l’aspect souhaité de l’image.

En pratique, l’exposition relève des réglages et de la lecture des mesures de l’appareil. Mais pour réussir une bonne exposition d’une manière simple et régulière, la clé est de savoir en quoi consiste une image acceptable. Bien que la plupart des gens soient plus ou moins d’accord sur le caractère trop sombre ou trop clair d’une image, il reste une marge de préférence personnelle.

C’est pour cela qu’il n’existe pas de standard précis pour une exposition correcte. Le concept de l’exposition correcte est important, mais seulement si vous lui laissez une certaine marge d’expression.

Retour tableau

 

La lumière en photographie – 06 La balance des blancs

 

La lumière en photographie

  • 06  La balance des blancs

La balance des blancs est la réponse de la photographie numérique aux couleurs différentes et parfois imprévisibles de la lumière. Elle permet d’obtenir la couleur générale de l’image.

Les caractéristiques du spectre et de la température de couleur montrent que la couleur de la lumière peut varier significativement. Même si nos yeux et notre cerveau interprètent une vue pour qu’elle ait l’air « normale ». Le plus souvent, la lumière qui éclaire des objets est légèrement colorée. Elle peut être bleuâtre à l’ombre sous un ciel clair; rougeâtre au lever au et coucher du soleil; teintée par des surfaces colorées tel un mur peint, etc. Les réglages de la balance des blancs de l’appareil gèrent cet aspect. Les options et les réglages varient d’un appareil à l’autre, mais le principe est le même. Les hautes lumières d’une scène sont les reflets les plus lumineux de la source de lumière. Placez une carte blanche au soleil et vous obtiendrez un reflet précis de la couleur de celui-ci.

 

Retour tableau

 

La lumière en photographie – 05 L’histogramme

 

La lumière en photographie

  • 05  L’histogramme

 

Les images stockées numériquement peuvent être mesurées avec une précision absolue. Certains appareils offrent un histogramme intégré qui affiche instantanément l’état de votre exposition.

Un des grands avantages du numérique réside dans le retour d’information instantané: vous pouvez vérifier l’image prise. La façon de travailler de beaucoup de photographes s’en est trouvée radicalement modifiée. L’exposition gagne en exactitude et la visualisation de la prise de vue rend le bracketing inutile, même dans des situations aussi incertaines que le contre-Jour et les silhouettes. Cependant, la démarche de vérification immédiate peut parfois générer une certaine complaisance se traduisant par une révision trop hâtive de la prise de vue. En matière d’évaluation de l’exposition, l’écran LCD présente deux inconvénients.

Retour tableau

 

La lumière en photographie – 04 Les modèles de mesure

 

La lumière en photographie

  • 04  Les modèles de mesure

La plupart des posemètres intégrés lisent l’image de manière à calculer l’exposition selon des styles probables de composition, dont de nombreux appareils offrent tout un choix.

Le posemètre mesure la lumière qui atteint le capteur afin d’estimer la meilleure exposition, mais il est aussi conçu pour favoriser certaines zones de la vue. En effet, dans les compositions où la luminosité varie à différents endroits de la scène, l’exposition convenant à une partie sera incorrecte pour une autre. En d’autres termes, cela dépend beaucoup du choix de votre sujet. La plupart des posemètres intégrés tentent d’effectuer une analyse de l’image pour en déterminer la composition. La mesure matricielle, ou mesure segmentée, est aujourd’hui la méthode de mesure la plus sophistiquée. L’image est divisée en plusieurs segments dont la valeur d’éclairage est lue séparément Le motif qui en résulte est ensuite comparé à plusieurs types de photographies programmés dans la mémoire du système.

Si le posemètre assimile votre image à un type connu, l’exposition proposée devrait être quasi-parfaite. Certains fabricants utilisent des algorithmes d’images simulées pour effectuer la comparaison; d’autres, une bibliothèque de vraies photos (30 000, pour Nikon).

 

Retour tableau

 

La lumière en photographie – 03 Le posemètre et l’exposition

 

La lumière en photographie

  • 03  Le posemètre et l’exposition

 

Une exposition idéale doit permettre de voir tout détail important en offrant une bonne gamme des tonalités et des couleurs saturées. Ceci est le travail du posemètre, mais votre discernement
n’en est pas moins nécessaire.

L’exposition est la quantité de lumière qui atteint le capteur Trop de lumière, et la photo sera pâle et peu contrastée; pas assez, et elle sera sombre et obscure. Obtenir une exposition correcte dépend de la sensibilité du capteur, ce que la plupart des appareils permettent de régler grâce à leur posemètre intégré. Si la scène est éclairée de manière étrange, ou si vous recherchez délibérément un effet peu commun, vous devrez peut-être outrepasser les réglages automatiques Dans de nombreux cas, je préfère régler manuellement le posemètre, même si cela exige de prêter une plus grande attention aux conditions d’éclairage. Les appareils contrôlent l’exposition au moyen de l’obturateur et de l’ouverture du diaphragme. L’obturateur permet de faire varier l’apparence du mouvement dans une photo et fournit aussi une dose de lumière, courte ou longue selon son réglage Le diaphragme, composé de multiples lamelles et situé au niveau de la monture de l’objectif, réduit la lumière proportionnellement à sa fermeture. Grâce à ces deux mécanismes, le système mesure la lumière de la scène entrant dans l’appareil et établit l’exposition. Selon le modèle de l’appareil, vous pouvez choisir l‘ouverture du diaphragme et l’appareil règle la vitesse d’obturation (priorité à l’ouverture) ; choisir la vitesse d’obturation et l’appareil règle l’ouverture (priorité à la vitesse) ; laisser l’appareil choisir ces deux paramètres selon des valeurs prédéterminées (mesure programmée); tout régler vous-même et évaluer la sous-exposition ou surexposition dans le viseur (manuel).

Retour tableau